10/07/2005

Bolivie 2005 le 01/07/2005


C’est bon, le train est bien à l’heure à la gare du midi et Phil est là pour nous accompagner et nous dire au revoir (on le retrouvera plus tard à La Paz). Une heure vingt de trajet et nous voilà déjà à l’aéroport Charles de Gaulle. Evidemment, nous sommes au bout de la gare et nous devons traverser tout le hall pour arriver à notre lieu d’embarquement de bagages.

Nous sommes reçus par une hôtesse de Air France qui nous regarde comme des pestiférés, elle nous prévient directement que si on à une surcharge de poids, faudra casquer car d’après elle Air France a maintenant une politique zéro sur le poids (ah bon ?) Ok madame faut pas s’énerver, nous on est sympa ! Alors je demande si c’est possible de savoir combien de kilos au total on a et puis, si il y a surcharge, on essaiera de répartir l’excédent dans nos bagages à main. Réponse non.  On met les sacs à dos un par un sur la balance, j’enregistre et c’est parti dans la soute, trop tard pour vous…moralité 5 kg chacun en trop (nous sommes quatre au total). Avec un grand sourire, l’hôtesse d’Air France nous déclare que par kilo cela nous coûte la modique sommes de 30 €, cela revient par personne à 150 € à payer par personne en plus. Merci Air France, cela nous fera réfléchir au choix de la compagnie pour nos futures expéditions en montagnes !!! Abasourdis, nous prenons l’avion avec un air crispé chaque fois que les membres d’Air France nous souhaite la bienvenue à bord de leur avion, maintenant je comprends mieux comment certaines compagnies d’aviation se portent mieux que d’autres. Il suffit tout simplement d’exécuter la tolérance zéro pour leurs bagages et de faire payer un max leurs clients.

Dès notre première escale à Caracas, on remarque directement que l’on doit d’abord faire escale à Lima au Pérou avant d’atterrir à La Paz en Bolivie. Bon d’accord, on n’a pas le choix mais c’était pas convenu comme ça avec l’agence de voyage pffffff encore plus long.

Avant le décollage, petit arrêt à la douane pour se faire contrôler nos chaussures de montagnes on ne sait jamais ! Dès fois que l’on aurait mis une bombe atomique dedans…

Yes nous voilà enfin arriver à La Paz (23h40) et à la sortie de l’aéroport, voilà que Lizeth et son mari nous attendent de pied ferme.  Nous sommes très contents de les voir et surpris de leur accueil chaleureux. Nous on est crevé et on pense tout de suite à dormir.

Tout va bien !

 

Yannick









19:28 Écrit par Yannick dans Montagne | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.