22/09/2005

 Bolivie le 16/07/2005

Samedi 16 juillet

Aujourd’hui pas de problème, on se repose et on se prélasse au soleil. 

Dans l’après midi, on se dirige vers le centre touristique, plus précisément rue des sorcières. 

Cette rue est fort animée et on trouve tout ce qu’il faut pour remédier aux petits problèmes en tout genre, comme par exemple des bébés lama séchés ou un vague produit qui donne le parfait bonheur. C’est également là que nous trouvons un sympathique petit resto où notre ami Phil dégustera du lama pour la première fois.

Tout va bien

 

Yannick


18:16 Écrit par Yannick | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

21/09/2005

 Bolivie le 16/07/2005

Le marché des sorcières



18:15 Écrit par Yannick | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

20/09/2005

Bolivie le 16/07/2005

Claude le padrinos


22:39 Écrit par Yannick | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

bolivie le 15/07/2005

Le guide du routard nous renseigne qu’il est possible de se baigner dans les sources d’eau chaude et également de voir quelques geysers en activité, alors vamos pour le petit déj puis grand saut dans le bain.

Sur la route menant aux sources, nous rencontrons la forêt de Kenua, la plus haute du monde. Et ben nous on cherchait des grands arbres bien feuillus et nous sommes tombés sur une quantité d’arbres mais tout petits, faut dire qu’à cette altitude (4000 mètres), il n’y a pas grand-chose qui pousse.

Nous garons le véhicule et nous nous dirigeons vers les sources, nous promenant à travers les troupeaux de lamas.

Nous arrivons et nous trouvons un grand bassin d’eau. On sent l’eau pour voir si elle est bien chaude et en effet, elle fait +- 38° .  Après une petite hésitation, on se déshabille rapidement dans le vent et aglagla, c’est pas chaud mais on plonge bien vite dans l’eau.

A ce moment, ivresse du bonheur de se laisser aller dans une eau bien chaude, quel délice et surtout, quelle vue formidable car on se trouve au milieu du Sajama et du Paranicota, cela vaut vraiment le détour.

Nous sommes restés plus d’une heure dans l’eau à se prélasser et aussi un peu pour se laver car certaines parties du corps en avaient bien besoin.

L’après-midi, on a été voir les geysers, toujours dans une tempête de sable.  Le temps de faire cuire les œufs dans l’eau sulfureuse et nous repartons car le vent devient fort et commence à nous ennuyer fermement.

Nous sommes quand même impatients d’être ce soir car notre grand Phil dit « Monsieur sommet » sera normalement à l’aéroport de La Paz en provenance de Belgique.

 

Tout va bien

 

Yannick 

        

 



14:58 Écrit par Yannick | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

11/09/2005

Bolivie le 15/07/2005

En route pour les sources d'eau chaudes

21:38 Écrit par Yannick | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Bolivie le 15/07/2005

Hé Alex les oeufs sont cuits ?

21:37 Écrit par Yannick | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Bolivie le 15/07/2005

L'eau est à 39° comme dans un bain

21:36 Écrit par Yannick | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Bolivie le 15/07/2005

Il est content d'être là le Paco

21:35 Écrit par Yannick | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Bolivie le 15/07/2005

Attention car quand lama faché lui cracher ! Merci Monsieur Hergé de nous prévenir.  

21:33 Écrit par Yannick | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Bolivie le 14/07/2005

Il est temps maintenant de faire nos sacs car les mules nous attendent pour le retour vers le village où nous attend notre chauffeur Alex.

Le retour se fait sans encombre mis à part ce vent qui souffle en rafale de sable. On en a plein la figure et plein les bottes.

En principe, car on est jamais sûr ici comment cela va se passer, on a rendez-vous à la maison blanche (pas confondre avec l’autre maison) avec Alex.

Mais bon, une fois arrivé sur place, force est de constater que notre chauffeur n’est pas là ! On attend une demi-heure, puis François et moi on décide de partir à pied vers le village de Sajama (2 heures de marche à pied) pour le chercher. Une demi-heure de route plus tard, nous tombons sur Alex qui s’excuse de son retard car il a dû se faire remorquer par un 4x4 pour se désensabler (moyennant monnaie évidemment) et peu après a dû encore une fois sortir du sable. Il nous dit que ça n’a pas été de la tarte, mais les feuilles de coca ont aidé à soulager son malheur. On veut bien le croire.

Pour le remettre d’aplomb, nous lui offrons le resto le soir et puis nous nous dirigeons vers nos sacs de couchage pour une nuit bien méritée.

 

Tout va bien

 

Yannick


21:27 Écrit par Yannick | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Bolivie le 14/07/2005

 

 

 

 

 

 

 

 

Chouette on descend !

21:25 Écrit par Yannick | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Bolivie le 14/07/2005

Vahiné c'est gonflé !

21:24 Écrit par Yannick | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Bolivie le 14/07/2005

Content d'être à l'intérieur Claudio ? 

21:23 Écrit par Yannick | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

10/09/2005

Bolivie le 13/07/2005

Une fois de plus, on se lève plus tard que prévu, mais bon, c’est les vacances après tout. On démarre à 10h00. 

Nous nous enfonçons doucement dans cette poussière volcanique mais cela amortit nos pas. Puis, tout doucement, on se dirige vers les pentes d’éboulis, c’est déjà moins gai.

Au fur et a mesure que nous montons, nous tombons sur ces fameux pénitents  disséminés un peu partout. Cela devient pas gai du tout, mais bon, on avance tout de même. 

Le chien « Globule » nous colle aux baskets, ou plutôt à nos crampons. Il n’a pas l’air essoufflé et nous sommes à plus de 5800 mètres d’altitude! Étonnant ce chien. 

Le sommet est là à nos pieds et la vue est saisissante.  Comment mettre toute cette beauté de la nature dans ce petit appareil numérique? Impossible. Pour avoir les sensations et les frissons, il faut soi-même monter. Tiens, regarde le chien est arrivé avant nous au sommet ! C’est vrai qu’il a quatre pattes, mais quand même… cela nous épate. 

La descente est longue, comme toutes celles où l’on est fatigué, mais au milieu du chemin, on se laisse glisser dans la poudreuse de poussière volcanique, ça va déjà plus vite. 

Le vent commence à souffler de plus en plus fort, la nuit commence à tomber et on a un peu de mal à retrouver nos tentes. On aurait dû pointer le camp de base avec un G.P.S.  

Alors, on fait le souper? Bof , on se contente d’une soupe et basta au lit dans les bras de Morphée. Dehors, c’est réellement une tempête qui se déchaîne. 

Le temps de trouver une bonne position pour dormir, faut dire que le term-rest ce n’est pas le matelas de la maison, et on s’endort avec des images plein la tête.

 

Tout va bien

 

Yannick  

 

 

 

 



19:14 Écrit par Yannick | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

bolivie le 13/07/2005

Allez François encore un petit effort !

19:12 Écrit par Yannick | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Bolivie le 13/07/2005

Claudio in action !

19:10 Écrit par Yannick | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Bolivie le 13/07/2005

A la queue leu leu, on se suit !!!

19:09 Écrit par Yannick | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Bolivie le 13/07/2005

Tout doucement on prend de l'altitude

19:06 Écrit par Yannick | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05/09/2005

Bolivie le 12/07/2005

Au petit matin, déjeuner rapido, puis stupeur, la courroie du moteur grince et fume dangereusement. Déjà qu’au matin, il avait remplacé la batterie…

Pas de problème, vu que la veille on avait acheté une courroie de réserve. Alex la remplace facilement mais au désarroi de tout le monde, elle est trop grande, m….

Bon, qu’est-ce qu’on fait ? Alex sans perdre son sang froid reprend la veille courroie, enlève les petits morceaux effilochés, la nettoie avec de l’essence et la remet dans le moteur et…oh surprise, cela ne fume plus ! Ok, prions pour que tout tienne en place et vamos.

Nous avons rendez vous avec des muletiers qui nous conduirons au camp de base. Comme notre véhicule n’a pas 4 roues motrices, nous nous ensablons très facilement et nous attendons les mules.

A notre arrivé au camp (5300), on est tout seul. On monte rapidos les tentes dans de la cendre volcanique, les mules redescendent et le chien qui accompagnait les muletiers reste avec nous.

Le chien n’est pas trop emmerdant et on le baptise « globule » car sa résistance à l’altitude est meilleure que la nôtre, et surtout il attend le souper.

On se couche tôt car demain lever de bonne heure pour le sommet du Paranicota.

 

Tout va bien

 

Yannick             


22:23 Écrit par Yannick | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Bolivie le 12/07/2005

Les tentes sont montés

22:21 Écrit par Yannick | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Bolivie le 12/07/2005

Au camp de base

22:15 Écrit par Yannick | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Bolivie le 12/07/2005

En route vers le sommet (Paranicota) 

22:13 Écrit par Yannick | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Bolivie le 12/07/2005

Et un ensablement !


22:10 Écrit par Yannick | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Bolivie le 12/07/2005

Petit problème de batterie,courroie...etc

22:04 Écrit par Yannick | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Bolivie le 11/07/2005

Tout le monde est prêt. On a pris les piolets et les cordes, et chacun a sa broches à glace. Ok, on part. Alex s’arrête à son garage favori pour acheter une courroie pour sa Ford puis à midi, petit arrêt à un « restaurant transportes » pour un repas de lama au riz pour la modique somme de 1€ par personne.

Après 5h00 de route, nous entrons dans le parc du Sajama après avoir acquitté du droit d’entrée de 10 bols (+- 1€) par personne.

Nous recherchons un logement à l’aide d’Alex et nous en trouvons un avec vue devant sur le Sajama et derrière le Paranicota. Que demander plus.

La chambre est plus que modeste. Elle est meublée de 4 lits et comme éclairage, un bec à gaz. Les w-c sont dehors à plus de 50 mètres (faut pas être pressé) et sont utilisés par les habitants du village. La salle de bain se compose d’un robinet situé derrière notre logement dans la cour central, mais il faut attendre que le soleil fasse son apparition car au matin l’eau gèle dans les canalisations. Le village n’a pas de courant électrique mais bon, comme on n’a pas de radio ni rasoir ni cafetière, cela ne nous dérange pas.

Le soir, Alex (qu’est qu’on ferait sans lui ?) nous dégote un restaurant on l’on nous sert une sorte de ragoût de lama, cela faut le détour.

Demain matin, nous partons pour le camp de base du Paranicota.

 

Tout va bien

 

 

      



21:51 Écrit par Yannick | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Bolivie le 11/07/2005

L'église de Sajama

21:45 Écrit par Yannick | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Bolivie le 11/07/2005

l'entrée au parc du Sajama 


21:24 Écrit par Yannick | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Bolivie le 11/07/2005

Le Sajama dans tout sa splendeur

18:34 Écrit par Yannick | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Bolivie le 10/07/2005

Après avoir un peu trop fêté, on cuve nos alcools, on se repose et on décide de descendre en ville pour un petit tour. La Paz est toujours aussi polluée par les voitures et les autobus; heureusement que le contrôle technique n’existe pas, sinon je pense que 80% des autos resteraient au garage pour de longues révisions.

 

Le retour en taxi fut assez compliqué car après avoir demandé de nous déposer dans les hauteurs de la ville près de la cruses papal, le chauffeur a confondu avec une autre croix papal dans l’Alto (hauteur); pas facile de le remettre dans le bon chemin mais grâce à Claude qui bredouille quelques mots volés dans le guide de voyage, ont est quand même revenu au point de départ. Merci Claude, sans toi Serge et moi on serait encore dans le taxi.

 

Tout va bien

 

Yannick

 




18:31 Écrit par Yannick | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |